Catégorie: Poésie

Monsieur Cloche – 6 et 7 avril- Carré Magique

le 6 séance scolaire à 14h30
le 7 séances scolaire à 10h et 14h30
et séance publique à 19h30
durée 50 min

A l’Espace culturel An Dour Meur
Place Kérilly – 22310 Plestin les Grèves
GPS : Latitude : 48.862725 | Longitude : 2.287592
http://www.carre-magique.com/billetterie/
Tél. +33 (0)2 96 37 19 20

Réservation professionnels :
Luana Lefevre: 06 58 70 63 49
Spectacle tout public à partir de 5 ans
Disponible saisons 17/18/19

TELERAMA (TT) : « Une belle alliance de finesse et d’humour, de théâtre d’objets, de nouveau cirque et de vrai théâtre avec deux formidables comédiennes ! » (article complet)
 
LA MUSE : « Ne passez pas à côté de ce spectacle délicat qui relève le défi de parler aux enfants de la précarité. Ils en ressortiront sans doute avec un autre regard sur ces ombres de la rue. Le décor est incroyable et plein de surprises. Les deux comédiennes sont excellentes. Le sujet est certes sérieux mais le traitement d’une grande finesse et plein d’humour. Un beau moment à partager en famille.»
 

 

Publicités

Monsieur Cloche à l’Etoile du Nord

Rdv du 21 au 25 février

Représentations à 10h et 14h30 de mardi à samedi / vendredi à 10h et 14h
et à 16h30 le samedi 25
Réservation: 01 42 26 47 47
Professionnels : diffusion@avrilenseptembre.fr /01 42 00 24 23

l’Etoile du Nord, scène conventionnée jeune public
16 rue Georgette Agutte – 75018 Paris
Ligne 13 – Guy Moquet ou Porte de St Ouen / 12 – Jules Joffrin – Bus 3, 60, 95, PC  http://www.etoiledunord-theatre.com/

Plus d’infos sur la pièce

L’existence de personnes sans domicile est l’une des formes les plus visibles de la pauvreté dans les villes occidentales. En feignant de ne rien voir, le piéton qui va son chemin se prive peut-être d’une aventure, comme de rencontrer la merveille là où on ne l’attend pas. L’histoire de Monsieur Cloche est de celle qui modifie définitivement le regard.
http://www.etoiledunord-theatre.com/programme/item/71-monsieurcloche

Lecture de REFU(S)GE le 15/12 à 18H à L’Etoile du Nord

 

cropped-13177934_484229438429612_6104133765897024212_n.jpg

Sous forme de scénario, des séquences rythmées transposent l’actualité politique à l’égard des migrants. Safia, une journaliste brillante, décide d’agir en faveur des « sans papiers » en désobéissant aux règles d’État pour suivre une loi plus impérieuse à son sens, celle de son propre humanisme, de sa responsabilité individuelle.

Il s‘avère que ce texte, pensé initialement pour les élections 2017 dans un esprit d’anticipation, s‘avère rattrapé par l’actualité de façon plus que troublante.

Texte à écouter et à télécharger ici :https://marinadamestoy.com/refusge/

Avec Elios Noël, Françoise Cousin, Pénélope Perdereau, Xavier Béja, Mounira Barbouch, Franck Mas, Clotilde Moynot, Joël Lokossou, Laurent Lafuma, Claire Ruppli, Maêlle Bertrand et Marina Damestoy.

Durée : 1H40
Entrée sur participation libre
Réservation conseillée : laboiteblanche@yahoo.fr
 
Accès à l’Etoile du Nord :
16 Rue Georgette Agutte, 75018 Paris
Métro Guy Môquet, Porte de Saint-Ouen (ligne 13) ou Jules Joffrin (ligne 12)
Bus 31, 60, 95, PC
Des travaux sont en cours au 16 rue Georgette Agutte.
L’accès à la salle se fait par la petite grille, vous trouverez l’accès à la salle en haut des escaliers, sur votre gauche.

 


Retour du jury du CNT:

« Pièce à l’actualité brûlante, qui s’érige contre la chasse aux sans-papiers, contre les discriminations à l’égard des immigrés, des réfugiés. Mêlant fiction et documentaire, dialogues et informations sur l’immigration, des arguments contre l’immigration qui nous sont démontés de manière habile. La narration et les didascalies sont au moins tout aussi importantes que les dialogues. Est parfaitement décrite dans ce texte la spirale infernale, l’escalade qui conduit à l’innommable. De la crise migratoire aux attentats, nous payons les fruits d’une politique sécuritaire totalement obtuse, fermée. Un constat d’impuissance sur le fait de vouloir modifier le cours des choses, qui prend particulièrement sens aujourd’hui. Touchante est également l’histoire de ce couple qui se fissure à cause de la politique, la façon qu’a l’auteure de mêler une relation amoureuse à l’engagement politique et à des intérêts qui ne vont pas dans le même sens. (…) Ce texte politique, annonçant presque ce qui s’est passé, s’avère d’une grande nécessité aujourd’hui ; c’est une entreprise de salut public pour comprendre mieux notre époque, et surtout aider à réagir. »

LECTURE au Grand Parquet dimanche 5 juin à 17h30 dans le cadre du Festival « Hauts parleurs »

Restitution de l’auto-résidence à Calais et Grande Synthe de La Brigade d’auteures, un collectif  ouvert au service des nouveaux arrivants et des citoyens mobilisés.

Le site Web

DSC_0080

Je ne veux pas d’une Europe funeste.

Je ne veux plus voir les citoyens s’épuiser à la tâche du fait de gouvernements inconséquents.

Je ne veux plus perdre de temps.

Je veux des frontières ouvertes et je veux que mon pays apprenne à recevoir ces femmes, ces enfants et ces hommes qui viendront dorénavant chaque jour plus nombreux.

Je ne peux plus rester muette face au pourrissement de la situation.

En attendant, je peux partager mon repas, ma salle de bain, proposer un lit, du temps, des jeux, des chants.

Je peux ainsi m’émerveiller d’être ensemble, d’entendre nos différences.

Je peux prendre le temps d’être accueillie par ceux, en exil, qui échouent chez nous.

Je peux sentir les passages, les échecs, les larmes, l’espoir, l’obstination tendue vers un ailleurs. Nos soucis citoyens à l’égard de nos gouvernements ne sont évidemment pas un sujet pour eux.

Je peux aller à la rencontre sur les camps et me retrouver en voyage, au Kurdistan précisément, accueillie par ceux-là même qui s’exilent ici.

Oui ! Sur un campement, je peux être accueillie chez ceux qui ne sont pas d’ici – malvenus – et qui ont cette ressource immense de m’accueillir encore.

Je peux demander aux nouveaux arrivants ce qui leur plait en France et c’est les villes, propres et belles, les parcs luxuriants, les plages et les filles d’ici, si grandes et ouvertes aux autres.

Je pourrais m’échouer avec eux par solidarité, par impuissance face aux politiques.

Mais je préfère me hisser et comme eux, me tenir debout, confiante dans ma capacité d’embrasser l’urgence. La nécessité.

Je peux marcher sur le campement sud de Calais et éprouver la nausée en arpentant la terre rasée. Plus rien que ces restes d’histoires arrachées au sol ; petits objets plantés dans le sable à chaque endroit. Mon plexus sort devant, lourd, arraché.

Et je pourrais vomir en mettant les pieds sur ce sol sinistré. Je marche sur le désastre à cet instant précis : l’échec de l’humain ; eux et nous.

Je peux constater l’échec en dépit des milliers de volontés fortes et radieuses ; de leur côté comme du nôtre.

Je peux m’arrêter, respirer, être calme… au moins un instant. Tourner cet état vers la liberté ; mon désir de liberté pour eux, pour ne pas entraver leurs innombrables chemins.

Je peux voir la beauté dans la catastrophe.

Je peux ouvrir les bras, crier aux falaises d’en face, à la mer, prendre la force du vent, me mêler à tout pour favoriser la traversée des corps.

Je peux organiser un pont humain entre Calais et Douvres constitué de bateaux arrimés bout à bout.

Je peux détourner un ferry, y faire monter le monde. Rendre la vie à la vie.

Je peux mettre au point une capsule sous-marine mono-place qui pourrait se ventouser à la coque des bateaux qui partent pour l’Angleterre.

Je peux crier sur la grève, dans la nuit ou les institutions ; partout crier mon refus.

Je peux avoir peur d’être étrangère dans mon propre pays… moralement parlant.

Je peux écrire contre la France qui glisse, contre la France qui demande un passeport pour accéder à la piscine, à l’hôtel, à la médiathèque ; et écrire encore contre celles et ceux qui ne désobéissent pas aux directives.

Je peux voir les nœuds putrides dans l’esprit de certain.

Je peux voir la peur chez l’autre qui n’est autre qu’une fiction dont il se comble pour se sentir vivant.

« SDF go home ! », «  Oui ! Oui ! Oui ! A l’islamophobie ! », «  TF1 sur toutes les chânes ! », « More borders ! », « Moins de protection et plus de répression ! », « Eteignez les lumières », « Touche pas à mes frontières ! », « Haïe ton prochain comme toi même », « Xénophobie, debout ! » « Humaniste, t’es foutu, les fachos sont dans la rue », … Je peux inverser les slogans pour révéler notre chute.

Je peux travailler sur la colère, tenter de ne pas la laisser pénétrer, ne plus la ressentir et cependant agir.

Je peux exiger de l’Europe une véritable politique de développement à l’endroit de ces pays dit « pauvres ».

Je peux organiser une grève générale des impôts tans que mon pays ne cesse de placer ses armes ailleurs, alors qu’il n’est pas attaqué.

Je peux appeler à la grève générale des loyers tant que nos villes ne mettent à disposition des bénévoles et des nouveaux arrivants les locaux vacants dont elles disposent.

Je peux demander à mon armée de lever à Paris un camp à la hauteur de celui de Grande Synthe. Un campement digne pour eux et pour nous.

Je peux fondre le eux dans le nous.

Aussi, je peux m’étonner moi-même et me déplacer.

Je peux me ressaisir d’une forme de fierté et ne plus la laisser rancir dans la bouche des autres, ceux de l’autoproclamée « France apaisée » afin de déclarer :

Je suis française !… Je suis française !

Auto-résidence à Calais avec la Brigade

… un collectif  ouvert au service des nouveaux arrivants et des citoyens mobilisés.

Le site Web

LECTURE au Grand Parquet dimanche 5 juin à 17h30 dans le cadre du Festival « Hauts parleurs »

DSC_0080

Je ne veux pas d’une Europe funeste.

Je ne veux plus voir les citoyens s’épuiser à la tâche du fait de gouvernements inconséquents.

Je ne veux plus perdre de temps.

Je veux des frontières ouvertes et je veux que mon pays apprenne à recevoir ces femmes, ces enfants et ces hommes qui viendront dorénavant chaque jour plus nombreux.

Je ne peux plus rester muette face au pourrissement de la situation.

En attendant, je peux partager mon repas, ma salle de bain, proposer un lit, du temps, des jeux, des chants.

Je peux ainsi m’émerveiller d’être ensemble, d’entendre nos différences.

Je peux prendre le temps d’être accueillie par ceux, en exil, qui échouent chez nous.

Je peux sentir les passages, les échecs, les larmes, l’espoir, l’obstination tendue vers un ailleurs. Nos soucis citoyens à l’égard de nos gouvernements ne sont évidemment pas un sujet pour eux.

Je peux aller à la rencontre sur les camps et me retrouver en voyage, au Kurdistan précisément, accueillie par ceux-là même qui s’exilent ici.

Oui ! Sur un campement, je peux être accueillie chez ceux qui ne sont pas d’ici – malvenus – et qui ont cette ressource immense de m’accueillir encore.

Je peux demander aux nouveaux arrivants ce qui leur plait en France et c’est les villes, propres et belles, les parcs luxuriants, les plages et les filles d’ici, si grandes et ouvertes aux autres.

Je pourrais m’échouer avec eux par solidarité, par impuissance face aux politiques.

Mais je préfère me hisser et comme eux, me tenir debout, confiante dans ma capacité d’embrasser l’urgence. La nécessité.

Je peux marcher sur le campement sud de Calais et éprouver la nausée en arpentant la terre rasée. Plus rien que ces restes d’histoires arrachées au sol ; petits objets plantés dans le sable à chaque endroit. Mon plexus sort devant, lourd, arraché.

Et je pourrais vomir en mettant les pieds sur ce sol sinistré. Je marche sur le désastre à cet instant précis : l’échec de l’humain ; eux et nous.

Je peux constater l’échec en dépit des milliers de volontés fortes et radieuses ; de leur côté comme du nôtre.

Je peux m’arrêter, respirer, être calme… au moins un instant. Tourner cet état vers la liberté ; mon désir de liberté pour eux, pour ne pas entraver leurs innombrables chemins.

Je peux voir la beauté dans la catastrophe.

Je peux ouvrir les bras, crier aux falaises d’en face, à la mer, prendre la force du vent, me mêler à tout pour favoriser la traversée des corps.

Je peux organiser un pont humain entre Calais et Douvres constitué de bateaux arrimés bout à bout.

Je peux détourner un ferry, y faire monter le monde. Rendre la vie à la vie.

Je peux mettre au point une capsule sous-marine mono-place qui pourrait se ventouser à la coque des bateaux qui partent pour l’Angleterre.

Je peux crier sur la grève, dans la nuit ou les institutions ; partout crier mon refus.

Je peux avoir peur d’être étrangère dans mon propre pays… moralement parlant.

Je peux écrire contre la France qui glisse, contre la France qui demande un passeport pour accéder à la piscine, à l’hôtel, à la médiathèque ; et écrire encore contre celles et ceux qui ne désobéissent pas aux directives.

Je peux voir les nœuds putrides dans l’esprit de certain.

Je peux voir la peur chez l’autre qui n’est autre qu’une fiction dont il se comble pour se sentir vivant.

« SDF go home ! », «  Oui ! Oui ! Oui ! A l’islamophobie ! », «  TF1 sur toutes les châines ! », « More borders ! », « Moins de protection et plus de répression ! », « Eteignez les lumières », « Touche pas à mes frontières ! », « Haïe ton prochain comme toi même », « Xénophobie, debout ! » « Humaniste, t’es foutu, les fachos sont dans la rue », … Je peux inverser les slogans pour réveler notre chute.

Je peux travailler sur la colère, tenter de ne pas la laisser pénétrer, ne plus la ressentir et cependant agir.

Je peux exiger de l’Europe une véritable politique de développement à l’endroit de ces pays dit « pauvres ».

Je peux organiser une grève générale des impôts tans que mon pays ne cesse de placer ses armes ailleurs, alors qu’il n’est pas attaqué.

Je peux appeler à la grève générale des loyers tant que nos villes ne mettent à disposition des bénévoles et des nouveaux arrivants les locaux vacants dont elles disposent.

Je peux demander à mon armée de lever à Paris un camp à la hauteur de celui de Grande Synthe. Un campement digne pour eux et pour nous.

Je peux fondre le eux dans le nous.

Aussi, je peux m’étonner moi-même et me déplacer.

Je peux me ressaisir d’une forme de FIERTE et ne plus LA laisser rancir dans la bouche des autres, ceux de l’autoproclamée « France apaisée » afin de déclarer :

Je suis française !… Je suis française !